SHARE

Voici une autre belle histoire sur la pêche au saumon en Irlande par Guy Marnier…

Au cours des années 1990, je ne me souviens pas laquelle, nous étions en septembre en Irlande.

Nous avions l’intention de pêcher la Moy à Ballina et monter ensuite dans le Donegal .

En arrivant à Ballina nous avons constaté que la Moy était en crue et impêchable pour au moins deux jours.

Nous avions pris nos chambres dans un B&B de Ballina et étions un peu dépités par l’état de la rivières : comme toujours lors de nos séjours, notre temps était compté et précieux et nous ne voulions pas perdre une journée  de pêche.

Le propriétaire du B&B était pêcheur lui-même et conscient de notre désappointement nous a conseillé : « la Moy ne sera pas pêchable demain. Elle sera bien après-demain et les jours suivant.

En attendant, je vous conseil de pêcher la Brosna. Pêchez la piscine . »

Je connaissais la Brosna pour y avoir pêché la truite de mer au ver de terreau en aval du pont, peu avant qu’elle se jette dans la Moy.

Nous décidâmes donc de suivre ce conseil et de pêcher la Brosna tôt le lendemain, avant le breakfast .

Le lendemain nous étions à pied d’œuvre de bonne heure. J’étais le seul à parler un peu anglais et j’ai compris qu’il fallait pêcher en priorité la piscine.

Par analogie avec la France, j’ai pensé que, comme en France dans les années 60 avant que les communes ne s’équipent de piscines, la « piscine » était une partie de la rivière , lente et profonde, ainsi localement nommée, où,  aux beaux jours, les habitants  avaient coutume de venir se baigner : la berge était souvent aménagée avec des caillebotis .

Nous suivîmes donc la petite route qui longeait la Brosna sur sa rive droite, juste après le pont et trouvâmes rapidement une prairie qui correspondait parfaitement à l’idée que je me faisais de la piscine.

Dès les premiers instants, un de mes amis attrapa une truite de mer .

Nous pêchâmes ensuite consciencieusement le pool qui faisait plus de 500 mètres, en peignant pas à pas tout les endroits susceptibles de cacher un saumon. Sans résultat. Après une petite heure de pêche intensive, nous avons croisé un pêcheur de truite avec lequel j’ai discuté et lui ai incidemment demandé si la piscine se trouvait là où nous étions. Ce à quoi il m’a répondu «  Pas du tout : la piscine est plus bas en aval quelques centaines de mètres au dessus du pont : vous ne pouvez pas la rater !!! ».

J’informais mes amis et, comme nous devions repasser au B&B pour le breakfast nous avons cherché cette fameuse piscine.

Quelle ne fût pas notre étonnement de découvrir « une vraie piscine », en béton, construite dans le lit de la Brosna avec une entrée d’eau à un angle et, bien sûr, une sortie à l’angle opposé ce qui constituait un pool à saumon idéal, d’une profondeur uniforme de  1,8 mètre – 2 mètres.

Un pêcheur le pêchait d’ailleurs avec attention à la crevette et ne tarda pas à ferrer un poisson qu’il perdit au bout de trente seconde . Il n’avait pas l’air affecté par cette perte : il faut dire qu’il avait déjà pris quatre poissons qui étaient alignés derrière lui dans l’herbe.

Je n’en revenais pas : comment imaginer que ces « fous d’Irlandais » aient pu avoir l’idée de construire une « vraie »piscine dans une rivière ???  Impensable ailleurs mais eux, ils l’ont fait.

J’ai bien sûr regretté de ne pas avoir été plus curieux auprès de notre hôte : peut-être aurions nous réussi à prendre un ou deux poissons de cette piscine car nous aurions été les premiers à pêcher ce « pool ».

Je n’ai jamais repêché  la rivière Brosna et sa piscine. C’est une belle petite rivière avec des truites fario, des truites de mer et des saumons sur une crue ; elle est maintenant fermée et c’est bien ainsi.

 

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.